La gestion des conflits

La médiation a toujours existé À l’Ère Libre : Parler, écouter, exprimer ses émotions et ses besoins, formuler une demande sont des outils fondamentaux pour vivre-ensemble. La médiation est un processus coopératif qui facilite la résolution non violente d’un conflit.

Dans la mouvance de la pédagogie Freinet, le message clair peut se définir comme un échange verbal entre deux personnes en relation duelle, visant à la résolution de conflits mineurs entre pairs. Le « plaignant » exprime ses sentiments, ses émotions et verbalise ainsi le malaise ressenti ; l’« appelé » cultive son empathie et apprend à tenir compte du point de vue d’autrui et du préjudice causé. Le message clair vise donc à orienter la discussion vers la résolution non-violente de petits différends, à désamorcer de petits conflits entre pairs, dans un esprit de responsabilité, de respect mutuel et de construction de l’autonomie.

Le « plaignant » peut également faire appel à un intermédiaire appelé médiateur. Le médiateur facilite la communication entre les parties, favorise les conditions d’écoute et de dialogue afin qu’elles identifient les incompréhensions, les non-dits, les besoins non nourris puis recherchent une issue constructive au conflit. En découvrant et en intégrant ces précieuses informations, de nouvelles relations, de nouvelles solidarités s’établissent : le lien social se reconstruit.

Même s’il est très rarement sollicité, un Cercle de Paix (ou Cercle Restauratif) peut être demandé et initié par chacun des membres de l’école, dans le cas d’une tension importante ou répétée, impactant le collectif. Un facilitateur est garant du cadre et soutient le processus de dialogue. L’objectif du Cercle est de favoriser la compréhension mutuelle, la prise de responsabilité individuelle et collective, et de rechercher un accord sur des actions concrètes.

À l’Ère Libre, les règles de vie sont élaborées par et pour les membres. Ce cadre, au sein duquel chacun.e évolue, est appelé « Accords des Membres de l’Ecole » (A.M.E.). Ce règlement intérieur a plusieurs objectifs : la sécurité des membres et la mise en place d’un cadre de vie : il fixe les droits et devoirs de chaque membre de la communauté de l’école. Chacun.e est co-responsable de la vie de l’école, du climat de paix au sein de la communauté et de la démocratie, garantissant le respect de plusieurs libertés fondamentales (liberté de réunion, de conscience, d’expression, etc…). En cas d’infraction, chaque membre-témoin est invité à rappeler la règle en vigueur et/ou à établir un constat, étudié ultérieurement par l’institution dédiée.

L’Observatoire du Vivre-Ensemble, dont le rôle est d’accompagner l’auteur de l’infraction dans sa compréhension de la règle en vigueur, dans sa prise de conscience des causes et des conséquences de cette transgression, dans l’identification des libertés entravées par ce manquement à la règle. Les membres de l’OVE accompagnent l’auteur de l’infraction en lui proposant d’organiser d’une commission de travail sur la règle enfreinte ou de rédiger une proposition à porter à l’Assemblée Des Membres, s’il estime que la règle a besoin d’être modifiée. Le comité peut également appuyer la réflexion de l’auteur du délit, quant à une organisation personnelle le soutenant dans son respect de la règle enfreinte. Enfin, l’OVE peut enjoindre le membre à réparer son erreur, si besoin.

Fort de ces outils, développés, expérimentés et réajustés régulièrement, le système restauratif À l’Ère Libre garantit à chaque membre de pouvoir être qui il est au sein du collectif. Il permet à chacun.e de s’exprimer et d’être entendu.e. Il offre à chacun d’entre nous la possibilité de construire sa confiance en soi et dans le monde et d’apprendre librement. Chaque membre de l’école cultive sa propre souveraineté et développe ses habiletés pour vivre ensemble. A travers ce système favorisant l’autonomie et la responsabilité, les membres de l’établissement À l’Ère Libre apprennent à devenir des citoyens engagés pour la paix et la démocratie.